Le Cidre Des Grands Brûlés

Mémoire brulée
de ma face sécant et sénile
le nez rouge d'inhibition troublé
est-ce là ou je m'absente dans cette ville
et dans ces souvenirs de l'oubli
du présent et de l'anonyme?
Comme une moderne amnésie
qui oui, double en mes yeux de fou fini
un ciel d'éther dans l'abîme
qui siphonne l’insomnie

Troue de mémoire sans fond
sans fond de bouteille
nasille comme une seringue
y-a-t’il que le néant sous les néons
de l'avant-veille?
Et toute la nuit je bringue
de ma langue anhydre
brulée au cidre

Bordé par un lit d'os caverneux
désenchanté et chambranlant
le poète aux tympans poussiéreux
ivre, encore d'une fête qui reprend
crayons sur les joues et coeur cendré
noir comme une mer flou
sans rivage, ou germe l'inconscience
ou vole les muses mourantes
sous un ciel défoncé de février
pour subsister en résilience
d'un paradis avoué

Troue de mémoire sans fond
sans fond de bouteille
nasille comme une seringue
y-a-t’il que le néant sous les néons
de l'avant-veille?
Et toute la nuit je bringue
de ma langue anhydre
brulée au cidre

Joffrey Floyd Doyon

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s