Il Était Le Fou, Elle Était La Folle

Tu vivais comme un écorché valeureux
atterré par un amour épileptique
mal sacré, ce haut mal des malheureux
des âmes en détresse, blessées et squelettiques

Tu fuyais, comme la peste ou le sida, l’inconnu
pour garantir ta pitance, et ton maigre revenu
tu étais le présumable, l’abruti des sentiers battus
le fou de la folle, et de ses infâmes abus

Peu de mansuétude envers ton être exécrable en tabernacle
ta peur, cette violeuse abject, menait ta barque
mais elle et sa folie sont entrées dans ta baraque
à ses pieds tu déposas tes défenses et ton arc
elle était tout, tu subsistais sans faire ta marque
elle t’isola d’elle-même, démembré, tu hurlas: je craque!

Tu as croqué la mort sous tes lancinantes dents
l’absence te cariait de douleurs, tel un feu roulant
ta bouche devint un cimetière d’abcès
laquelle tu baptisas de son nom: rose-plaies
et dans un ultime effort de pure prétention
tu crachas ces vers audacieux pour sauver ta raison

Joffrey Floyd Doyon

©Joffrey Floyd Doyon

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s