Lettre Ouverte : Les questions qui ne se posent pas

1er avril 2021

Les questions qui ne se posent pas

J’ai dit à mes parents l’autre jour qu’ils allaient être bien morts.

J’ai eu droit à un genre d’Hiroshima des yeux pour avoir lancé une vérité qui dérange. Je le disais parce que le monde de demain que je vois se construire aujourd’hui m’inquiète.

Pour ceux qui pensent que c’est temporaire et que l’on fait seulement encore un dernier sacrifice pour s’en sortir, j’ai hâte que l’on se reparle dans 2 ans et j’aimerais vous remémorer le défi 28 jours. De par notre acquiescement, on créé tacitement un précédent de contrôle qui pourra être utilisé contre nous à la moindre crainte. On crée une norme sociétale de peur qui justifie un contrôle prolongé au moindre péril.

Je vais bien mais je m’inquiète du nous. Ce nous qui disparaît sous le couvert d’une pandémie. Ce nous qui devait être en pause pour 2 semaines alors que ça fait 1 an. Ce nous qui nous permet de se voir au je. Ce nous qui forme et inspire, cette interdépendance qui rappelle la complétude du genre humain. Ce nous qui rend la vie utile, qui encourage quand on reçoit une claque au visage et célèbre quand ça va bien. Ce nous dont l’opinion s’achète maintenant à coup de pub dans les médias, ce nous qu’on subventionne pour acheter son obéissance. Ce nous qui a peur de son ombrage et préfère tuer sa vie sociale pour sauver un système de santé en ruine depuis des décennies.

Je pense que j’ai frappé mon Waterloo pandémique. Vous le savez, la plupart du temps où je vous parle ici c’est pour vous professer mon amour de la vie, la beauté des relations ou le trésor qui sommeille en nous. Je suis une fille qui aime la vie et mord dedans. J’ai un bon moral et de la résilience pour 10 mais là je suis écoeurée en. Je vais peut-être perdre des amis à cause de ce texte mais cela n’est rien comparé à l’urgence de se poser les bonnes questions comme société. Ce que j’ai envie de dire est trop criant pour le garder en dedans . Le bénéfice collectif est beaucoup plus grand que la sauvegarde de mes relations personnelles.

Est-ce que demain la politesse sera la distance? Est-ce que demain ce sera juste un lendemain de brosse qui va durer 20 ans parce que le gouvernement a callé des shots toute la soirée avec notre carte de crédit collective ? Est-ce qu’on doit comme ESPÈCE continuer de vouloir dominer la nature? Est-ce que toute vie doit être extensionnée au bout du médical ou y aurait-il une limite qui fait que la beauté de la vie c’est son éphémère spécial ? Est-ce que c’est logique de vouloir sauvegarder la vie à tout prix puis parallèlement parker nos aînés en attendant qu’ils meurent dans des conditions sans pitié? Est-ce que toutes les bedaines que je vois sont réfléchies au niveau des conditions de vie de votre future progéniture? Est-ce qu’on va continuer d’avoir peur des microbes encore longtemps quand notre alimentation est suffisante pour nous donner le cancer 3 fois par jour? Est-ce que le peuple va comprendre que la gestion est politique et qu’on fait éclater au grand jour le 3e confinement la même journée qu’on apprend que Fitzgibbon est very paradis fiscal? Est-ce qu’on comprend que de serrer l’élastique est le meilleur moyen qu’il nous crève au visage ? Est-ce possible que notre folie de faire toujours la même chose et attendre un résultat différent soit vouée à l’échec? Est-ce qu’un jour les Québécois se tanneront de se faire chicaner dans les points de presse comme des enfants d’âge préscolaire? Est-ce que les Québécois voudront encore prendre le blâme pour des abus, une mauvaise utilisation des fonds publics et une impunité permanente du gouvernement? Quand est-ce que les gouvernements vont comprendre qu’ils ne pourront pas sauver tous leurs électeurs? Est-ce que les entrepreneurs vont un jour se lever de se faire enlever leur projet de vie à la moindre hausse des cas? Est-ce que la classe moyenne réalise que c’est elle qui va payer et qui sera prise pour rester parce que leur travail et leur maison est ici? Est-ce qu’il est possible que le péril actuel ne justifie pas le retrait du droit de gagner sa subsistance en faisant ce qu’on aime? Est-ce que ce sera normal d’espionner votre état de santé au profit du collectif? Est-ce qu’il y a un plan à long terme parce que le vaccin ne suffira pas et que revacciner la planète à chaque mutation ce n’est pas réaliste?

Est-ce ce que vous voulez comme société?

Je n’ai plus envie de croire au Père Noël et je suis déconcertée de voir des adultes qui y croient encore dur comme fer. Penser que 10 jours vont régler la situation c’est comme manger une salade un repas puis être convaincu d’être en santé.

Aujourd’hui j’ai honte de faire partie d’un peuple qui veut avoir peur, puis écoute les médias comme des Saints. J’ai honte de ces journalistes qui fomentent la peur parce qu’ils savent très bien que celle-ci est le meilleur moyen de maîtriser les âmes. J’ai honte que ceux qui défendent les mesures sanitaires soient majoritairement étrangement payés par les impôts de ceux qui ne peuvent pas travailler…

Cette crise c’est la pire de tous. Cette crise c’est une claque au visage de ce que nous sommes devenus comme société. Cette crise est un rappel qu’il n’y a jamais eu de révolution sauf tranquille, qu’on n’a jamais poussé l’indignation au point de faire tomber les têtes. Cette crise c’est le spectacle d’une mauvaise gestion financée à même votre travail. Cette crise ce sont les préoccupations individuelles sous des apparences de collectif. Cette crise c’est le début d’une vie normée au profit de la sécurité.

Vous êtes soumis et vous en redemandez encore. Vous êtes encerclés et vous applaudissez. Vous êtes contrôlés et vous vous croyez en sécurité. Vous êtes asservis et vous vous en réjouissez. Il est temps d’avoir une colonne vertébrale et de sortir de la caverne.

Evelyne Brochu

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s